Balade Sauvage dans les Landes, sur le Courant d’Huchet

Publié par

Les Landes sont pleines de surprises. On y vient pour les longues plages de sable fin qui s’étendent aux portes du camping Eurosol et on se retrouve plongé dans la forêt Amazonienne le temps d’une balade en bateau sur le Courant d’Huchet.

Le Courant d’Huchet, de l’étang de Léon à l’Atlantique

Le Courant d’Huchet louvoie parmi les arbres, les dunes et une végétation luxuriante de l’étang de Léon à l’océan Atlantique. Depuis 1981, la zone traversée par le courant d’Huchet a été classée réserve naturelle afin d’en préserver son extraordinaire patrimoine naturel. Tous les moteurs y sont donc interdits et on ne peut naviguer sur le courant qu’en compagnie des bateliers du courant d’Huchet.

Les bateliers du courant d’Huchet

Les bateliers du courant d’Huchet perpétuent une tradition landaise et vous emmènent de l’étang de Léon à l’océan en galupe, la barque traditionnelle à fond plat. Le moteur étant interdit dans ces eaux sauvages, c’est à la force des bras que les bateliers vous conduisent à travers cette végétation aux allures de forêt amazonienne tout en vous racontant l’histoire du courant, ses légendes et en vous faisant découvrir son incroyable vie sauvage : ici un canard ou une loutre, là un héron ou une tortue. Ces bateliers bien que professionnels exercent leur métier par passion et ont bien souvent une autre activité à côté. Pour devenir batelier il faut, avant d’attaquer son entrainement, être coopté par les autres bateliers.

Promenade en Galupe sur le courant d’Huchet

Pour partir en balade avec les bateliers, vous devez vous rendre sur les rives de l’étang de Léon, à 10 minutes seulement du camping Eurosol. Là vous attendent plusieurs bateaux sur lesquels peuvent embarquer jusqu’à 5 personnes. Le batelier qui vous accompagne vous fait tout d’abord traverser l’étang de Léon. On aperçoit pendant cette traversée les abris des chasseurs. Après quelques minutes sur ce vaste plan d’eau, vous pénétrez enfin dans le courant. Vous n’êtes plus sur un paysage ouvert mais vous vous enfoncez dans une artère étroite. Plus vous avancez dans le courant, plus la végétation reprend ses droits et compose une canopée de verdure, une voûte de végétation à travers laquelle joue la lumière. Après avoir passé un barrage et de petits rapides (sans aucun problème grâce au savoir faire du batelier), c’est un nouveau monde qui s’offre à vous. De quoi vous rêver Indiana Jones ou Livingstone sur le fleuve Congo.

Une tradition landaise

Outre les paysages que l’on ne se lasse pas d’admirer, la balade est l’occasion d’écouter les bateliers nous raconter la vie sauvage de la réserve et ses traditions mais aussi les légendes qui l’entourent. Celle du Pas du Loup, notamment, dans laquelle un chien de berger aurait chassé le loup. Ce dernier aurait sauté par  dessus le courant, laissant deux traces de pas sur la rive droite du courant. Même si l’on se doute bien du caractère imaginaire de ces légendes, les écouter en se laissant porter par le courant est un moment particulièrement agréable.

Lors de notre dernière réunion C’est si Bon, nous avons emmené nos collègues sur le courant d’Huchet. Même si c’était avant la saison, en mars, et que la végétation n’était pas encore au rendez-vous, comme vous pouvez le voir sur nos photos, tout le monde est tombé sous le charme.

Pour partir en balade avec les bateliers depuis le camping, vous pouvez venir nous voir à la réception ou consulter leur site internet. Il existe deux formules avec des balades de deux heures (le matin) ou de quatre heures (l’après-midi).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *